Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 Feb

Devoir d’écriture du jeune Dauphin de France

Publié par Louis XVI  - Catégories :  #Louis XVII

Devoir d’écriture du jeune Dauphin de France
Devoir d’écriture du jeune Dauphin de France
Devoir d’écriture du jeune Dauphin de France
Devoir d’écriture du jeune Dauphin de France
Devoir d’écriture du jeune Dauphin de France

LOUIS-CHARLES, prince de France, duc de Normandie (1785-1795).

Devoir d’écriture du jeune Dauphin de France, rédigé lors de sa captivité à la prison du Temple, portant des annotations et des corrections de la main de son père le roi Louis XVI, 4 pages, in-folio.

Petites usures aux bords, mais bon état général.

Texte sur la réforme: « […] se répandre en France.

Cette année même quelques esprits inquiets hasardèrent, sur les indulgences, des propositions que la faculté de Théologie de Paris condamna.

En 1521 parut la fameuse censure de la Sorbonne contre Luther lui-même qui ayant d’abord pris ce corps respectable pour arbitre de ses différents avec la cour de Rome, se répandit ensuite en injures contre les Juges, que ses fades éloges n’avoient pu corrompre.

L’éclat de cette censures, comme il arrive d’ordinaire, réveilla l’attention publique sur les des opinions qu’on auroit peut-être oubliées, ou du moins négligées: plusieurs se laissèrent séduire à l’appas qu‘elleselques présentoient.

Dès 1528 elles avoient des défenseurs dans le Clergé, dans la noblesse et jusques dans le peuple.

La faculté ne fut occupée, les années qui suivirent, qu’à réprimer par ses censures les prédicateurs et les Auteurs, qui tantôt, sous des propositions équivoques et obscures, insinuoient des sens faux et dangereux; bientôt plus hardis, présentoient ouver-[…] forêts de la Bohême et de la Hongrie.

Leur nombr grossi par les sectaires chasséer des états catholiques s’acrut à proportion des atteintes qu’on voulait porter au privilège de ces peuples fièrs et belliqueux: il fallut une pollitique perfide, des trahisons, de lag lâches assassinats, pour les faire passer sous le joug qu’ils redoutait oient.

L’hérésie triomphante en/tant de lieux, ne fit que de faibles progrès en Polongne, où il n’y avait point de partis qui eussent intérêt à l’étendre: quelques exemples de sévérité suffirent pour l’intimider et la faire presque disparaître; mais l’appas d’une couronne la rendit souveraine en Prusse.

Ce pays appartonenoit à l’ordre Teutonique: le Grand-Maître, Albert de Brandebourg, secoua le joug de ses vœux pour se marier, et rendre le sceptre héréditaire dans sa famille.

La plupart de ses chevalliers l’imitèrent, et transmirent à leur postérité, à titre d’héritage, les commanderies, dont ils n’étoient au paravant que les dépositaires.

La faction qui avoit appelé de Danemark en Suede le farouche Christiern […]

Les mentions apparaissant en rouges sont des corrections faites de la main du roi Louis XVI.

Provenance: collection Jean-Baptiste Gomin (1757-1841), puis collection du Vicomte Alcide-Hyacinthe du Bois de Beauchesne (1804-1873).

Présentation: lors de l’exposition Louis XVII organisée par le Musée Lambinet à l’Hôtel de Ville de Versailles de mai à juillet 1989.

Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour