Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Jul

29 juillet 1794:

Publié par Louis XVI  - Catégories :  #Louis XVII

Au lendemain de la chute de Roberspierre

Barras et Delmas se rendent, aussitôt au Temple, avec plusieurs membres des Comités et quelques députés de la Convention, pour se rendre compte de l'état des enfants Capet

ils font desceller la porte de la chambre carcérale du petit prisonnier, devant les municipaux de service, Tombe, Tessier et Lorinet

(Lorinet était présent le 19 janvier lors du départ des Simon. Les trois commissaires sont incarcérés le 30 août 1794)

Madame Royale dans ses Mémoires écrit qu'elle entend beaucoup de bruits, de paroles à l'extérieur et à l'intérieur de la Tour

"J'entendis beaucoup de bruit...J'entendis les verrous de l'appartement de mon père qu'on ouvrait"

 

Barras, aristocrate provençal, a connu l'enfant aux Tuileries et le reconnaît, sans émettre un seul doute sur son identité

(Mémoire de Lombard, ancien ambassadeur de Hollande, membre du Tribunal de Cassation, ami de Barras)

Il se rend compte qu'il ne peut tenir debout, fait couper de bas en haut, sur les deux côtés, les jambes de son pantalon jusqu'à hauteur des genoux et constate une enflure du genou de couleur livide, ainsi qu'une autre sur le poignet

Il désigne un nouveau gardien des enfants royaux, Jean-Jacques-Christophe Laurent, qui entre en fonction le 29 juillet 1794

 

A l'exception de cette nomination, les ordres donnés par Barras ne sont pas exécutés

Aussi l'impensable se produit

Après la visite des commissaires, on scelle de nouveau la porte du cachot et Louis XVII reste dans son cloaque encore un mois et quatre jours!

Les pouvoirs publics ne procèdent à aucun contrôle, pendant cette période jusqu'à ce que les représentants du peuple se présentant à la Tour constatent une odeur infecte, qui se répand dans le corridor jouxtant la chambre-prison

L'économe Liénard déclare que cette odeur provient de la chambre de l'enfant Capet et leur demande de vérifier l'état des lieux et surtout l'état du prisonnier

Les officiels ne prennent pas la responsabilité immédiate d'ouvrir la porte, respectent les formalités administratives et demandent successivement au Conseil Général de la Commune, puis au Comité de Sûreté Générale de la Convention, les autorisations d'ouverture de la porte

(La terreur e la guillotine inhibe le sens des responsabilités personnelles)

Les deux Comités délèguent, au Temple, leurs représentants, Dumont et Goupilleau de Fontenay, pour s'assurer de la présence des enfants royaux, l'explosion de la poudrière de Grenelle faisant craindre un complot

(Le 31 août 1794, se produit une explosion accidentelle, dans la poudrerie du château de Grenelle, qui a été entendue jusqu'à Fontainebleau, a causé mille morts, lézardé et détruit ponts et maisons aux alentours. Cet incident a provoqué une vigilance accrue des Comités de Salut Public et de Sûreté Générale)

Le gardien Laurent en profite pour leur demander l'autorisation de nettoyer l'enfant et le cachot

Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour