Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
02 Dec

02 décembre 1794

Publié par Louis XVI

Des rumeurs circulent dans la population à Paris et en France

Un rapport du Comité de Sûreté Générale signé par le conventionnel Mathieu signale:

"Je viens au nom du Comité de Sûreté Générale donner le démenti le plus formel aux récits calomnieux et royalistes insérés depuis plusieurs jours dans des feuilles publiques, et répétés avec une sorte d'affectation, au moins très répréhensible, le comité y est présenté comme ayant donné des instituteurs aux enfants de Capet, enfermés au Temple, et porté des soins presque paternels pour assurer leur existence et leur éducation"

Voici le journal et l'article dont les autres périodistes n'ont été que les trop dociles échos; c'est le Courrier universel du six frimaire, rédigé par Nicolle et Poujade

"Le fils de Louis Seize profitera aussi de la Révolution du neuf thermidor

on sait que cet enfant avait été abandonné aux soins du cordonnier Simon, digne acolyte de Robespierre dont il a partagé le supplice

Le comité de Sûreté Générale persuadé que pour être fils d'un Roy, on ne doit pas être dégradé au-dessous de l'humanité, vient de nommer trois commissaires, hommes probes et éclairés pour remplacer le défunt Simon: deux sont chargés de l'éducation de cet orphelin, le troisième doit veiller à ce qu'il ne manque pas du nécessaire, comme par le passé

Le premier devoir su Comité, pour écarter cette fable royaliste est de présenter à la Convention un récit simple des mesures par lui prises pour assurer le service du Temple et la garde des enfants du tyran (...)

Les Comités et la Convention savent comment on fait tomber la tête des Roys, mais ils ignorent comment on élève leurs enfants (...)

Le Comité doit annoncer qu'il a pris dans cette circonstance des mesures contre les Coupables, et qu'il saura, fidèle aux principes, faire respecter la loi et le gouvernement et empêcher que l'on ne provoque une perfide pitié sur les restes de la race de nos tyrans, sur un enfant orphelin auquel il semble que l'on voudrait créer des destinées

Depuis plusieurs jours le bruit se répandrait que les assignats démonétisés reprenaient quelque valeur; on s'efforçait de leur donner une sorte de valeur dans l'opinion; nul doute que tous ces bruits, les uns relatifs aux rejetons d'une race abhorée au même but et s'étayer mutuellement; ainsi l'esprit public s'affaiblissait (...) la tranquillité sera maintenue

Mathieu

Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour