Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 Jan

25 janvier 1795

Publié par Louis XVI

Dimanche 25 janvier 1795, le commissaire Cazeaux vient en visite au Temple,

Il constate que la chambre de Louis-Charles est non seulement enfumée, mais qu'il y fait froid

La cheminée tirant fort mal, Laurent et Gomin ont arrêté le feu

"Il vaut mieux qu'ils aient froid que d'être asphyxiés"

Le gardien obtient de Cazeaux, le droit de descendre le petit dans la salle du premier étage, habitée par les gardiens

C'est la première fois que le jeune prisonnier quitte sa cellule

Il passe, alors, la moitié de la journée avec ses gardiens et dîne avec eux

Cazeaux s'adresse à Gomin:

"-Vous me disiez qu'il était bien malade

Il n'y paraît pas

Est-ce pour attirer l'attention sur lui que vous me l'aviez représenté comme presque agonisant ?"

"-Agonisant, non, répond Gomin, vous avez beau dire, citoyen, cet enfant ne se porte pas bien"

"-Il se porte, comme il se porte, il y a tant d'enfants qui le valent, qui sont plus malades que lui ! Il y en a tant qui meurent et qui sont plus nécessaires que lui !"

La conversation se déroule devant Louis-Charles, calme et résigné

Laurent prend la parole:

"-Il est vrai que cet enfant va un peu mieux, mais il a les genoux et les poignets fort enflés, il en souffre beaucoup; s'il ne se plaint pas, c'est qu'il a du courage et qu'il sent qu'il est homme. N'est-ce pas, Monsieur Charles ?"

Le vieux Cazeaux fronce les sourcils

"-Monsieur Charles? Je croyais que le mot "Monsieur" n'était plus français"

"-S'il est peu usité, répond Laurent, la main du peuple ne l'a pas, je pense, rayé du dictionnaire"

"-Ce mot, déplacé partout, est ici plus qu'inconvenant. Quel nom réservez-vous donc au tyrans, si vous donnez celui de "Monsieur" à un bambin pareil? Du moins, qu'il boive à la santé de la République et qu'il verse du vin pur dans le verre de l'enfant, qui ne semble regarder ni le municipal ni son verre"

"-On a dit que Simon le rudoyait parfois; je le crois bien; si votre Monsieur Charles était avec lui ce qu'il est en cette circonstance, il faut l'avouer, citoyens, il n'y a pas de patience qui pût tenir contre une humeur aussi flegmatique. Comment lui passez-vous de tels caprices ?"

Laurent et Gomin, profitant de l'état de satisfaction dans lequel se trouve le commissaire, qui a bien mangé et bien bu, reconduisent l'enfant dans sa cellule

Gomin qui a gardé un morceau de gâteau, le dépose sur une table

Il le retrouve, le lendemain, et veut savoir pourquoi l'enfant n'y a pas touché

"-Je l'aurais accepté de vous avec grand plaisir, mais cet homme avait découpé cette pâtisserie et je ne veux rien de lui, pas plus que de son vin"

Cette conversation prouve plusieurs choses.

Matériellement, les gardiens ont une autre alimentation que celle des prisonniers, ils semblent bien nourris puisqu'on parle de vin, de liqueur et de gâteau

Plus grave l'esprit révolutionnaire résiste après le 9 thermidor et la hargne contre la famille royale n'est pas prête de s'éteindre

Mais surtout, le Dauphin, malgré les six mois passés avec Simon et les sept mois d'enfermement solitaire a, de nouveau, la force morale de réagir devant l'affront

Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour