Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 Apr

07 avril 1790

Publié par Louis XVI  - Catégories :  #[1789-1793]

mercredi 7 avril 1790


Madame Royale, fille du Roi, a reçu dans l'église de Saint-Germain l'Auxerrois la première communion des mains de S.E. le cardinal de Montmorency, Grand Aumônier de France.

Mme la marquis de Tourzel, Gouvernante des Enfants de France, et Mme la duchesse de Charost tiennent la nappe.

La Reine et Mme Elisabeth ont assisté à la cérémonie.

Avant de se rendre à Saint-Germain l'Auxerrois, Louis XVI dit à sa fille :
"Votre coeur est innocent et pur aux yeux de Dieu, vos voeux doivent lui être agréable.Offrez-les lui pour votre mère et moi; demandez-lui qu'il me donne les grâces nécessaires pour faire le bonheur de ceux sur lesquels qu'il m'a donné l'empire et que je dois considérer comme mes enfants. Souvenez-vous, ma fille, que la religion est la source du bonheur et notre soutien dans les peines de la vie. Ne croyez pas que vous en soyez à l'abri. Vous êtes biens jeune, mais vous avez déjà vu votre père affligé plus d'une fois. Vous ne savez pas, ma fille, à quoi la providence vous destine : si vous resterez dans ce Royaume ou si vous en habiterez un autre. Dans quelque lieu que la main de Dieu vous pose, souvenez-vous que vous devez édifier par vos exemples, faire le bien toutes les fois que vous en trouverez l'occasion. Mais surtout soulagez les malheureux de tout votre pouvoir. Dieu ne nous a fait dans le rang où nous sommes que pour travailler à leur bonheur."

Puis, comme il était d'usage que les Filles de France reçussent une parure de diamants le jour de leur première communion, Louis XVI qui avait résolu d'abolir cet usage dispendieux, ajouta encore :
"Je vous sais trop raisonnable, ma fille, pour croire, qu'au moment où vous devez être entièrement occupé du soin d'orner votre coeur et d'en faire un sanctuaire digne de la Divinité, vous attachiez un grand prix à des parures artificielles. d'ailleurs, mon enfant, la misère publique est extrême, les pauvres abondent, et assurément vous aimerez mieux vous passer de pierreries que de savoir qu'ils manquent de pain."

Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour