Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 May

07 mai 1795 (18 floréal an III): M. Dessault visite à nouveau Louis XVII

Publié par Louis XVI  - Catégories :  #Louis XVII

9 heures du matin

Desault revient voir Louis XVII

Il l'examina de nouveau, ne changea rien aux prescriptions de la veille

 

Seulement il ardonna de plus, des frictions d'alcali volatil sur les tumeurs

 

Comme il se retirait, Gomin lui demanda s'il ne faudrait pas essayer de promener l'enfant dans le jardin:

"Et comment? dit M. Desault, chaque mouvement lui cause une douleur. Certainement il a besoin d'air, mais c'est l'air de la campagne qu'il lui faut!"

 

Les frictions ordonnées furent faites par Lasne

 

Louis-Charles n'y mettait pas obstacle et d'ailleurs il n'eût point eu la force de s'y opposer; mais il fut moins facile de lui faire accepter la potion ordonnée la veille, et dont il n'avait pas voulu encore goûter

 

Soit dégoût de la vie, soit crainte de poison, il demeurait insensible à toutes les instances que ses gardiens faisaient pour le décider

 

Le premier jour son refus était resté inébranlable

 

Gomin eut beau, à trois reprises différentes, boire devant lui un verre de cette potion, son exemple ne le persuada pas plus que ses paroles, et il n'en obtint rien

 

Le second jour, Lasne renovela ses sollicitations:

"Monsieur sait bien que je ne veux que le bien de sa santé, et il m'afflige profondément en repoussant ainsi ce qui peut y contribuer. Je le supplie en grâce de ne me point faire ce chagrin"

Et comme, en disant ces mots, Lasne recommençait à gouter la potion dans un verre, l'enfant lui prit des mains la cuillerée qu'il lui présentait:

"Tu as donc juré que je le boirais? s'écria-t-il avec fermeté, eh bien! donne, je vais le boire"

 

Depuis ce moment, il se conforma avec docilité à ce qu'on exigea

 

La République victorieuse avait repoussé l'étranger: des succès prodigieux remportés par nos armées avaient chassé l'ennemi loin de nos frontières

 

Mais si la mort de Robespierre avait mis un terme à la terreur, l'agitation révolutionnaire continuait

 

La Vendée inquiétait le sommeil des dictateurs

Quelques membres modérés de la Convention, dont les mains étaient pures du sang de Louis XVI, furent chargés d'entamer des négociations avec les chefs de l'armée catholique et royale

 

Charette, au bout de ses ressources, manquant des munitions de guerre les plus nécessaires, accepta avec empressement les ouvertures des comités de la Convention

 

on conclut un armisticve dont les articles publiés portaient que les Vendéens auraient le libre exercice du culte catholique, la mainlevée des séquestres qui avaient été mis sur les biens des insurgés et que le gouvernement de la République rembourserait deux millions de francs de bons, la plupart à l'effigie de Louis XVII, signés et mis en circulation par les chefs de l'armée royale

 

On assura même que plusieurs clauses restées secrètes traitaient de la remise du jeune Roi aux armées de la Vendée et de la Bretagne et du rétablissement du culte catholique dans toute la France

On devine avec quelle vivacité ces propositions furent combattues dans les comités

On cria de toutes parts à la contre-révolution

Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour