Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Aug

10 août 1793: La profanation des tombes royales de la basilique Saint-Denis

Publié par Louis XVI  - Catégories :  #[1789-1793]

La profanation des tombes royales de la basilique Saint-Denis 

Episode de la Révolution française au cours duquel les tombes de la basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France, ont été démontées ou détruites, les corps exhumés et profanés.

La symbolique associée à cet événement, l'un des plus marquants de cette période, apparaît encore aujourd'hui comme très forte et empreinte d'une grande barbarie.

Fichier:Hubert Robert - La Violation des caveaux des rois dans la basilique de Saint-Denis.jpg

Violation des caveaux royaux de Saint-Denis, par Hubert Robert

(huile sur toile au Musée Carnavalet)


Contexte historique

Après la chute de la monarchie constitutionnelle lors de la Journée du 10 août 1792, le gouvernement provisoire ordonne la fonte des monuments en bronze, argent ou métaux divers pour en faire notamment des balles patriotes.

Quarante-sept tombeaux de la basilique sont démontés à cet effet, comme celui de Charles VIII en bronze doré et en émail.

Certains sont préservés à la demande de la commission des Beaux Arts de la Convention nationale.

Cette même Convention ordonne en 1793 la destruction des insignes de la féodalité et des tombeaux nobles ou princiers dans tous les édifices de la République1


La proposition décidant du sort des tombeaux et des corps royaux de Saint-Denis est faite au cours de la Terreur lors de la séance du 31 juillet 1793 de la Convention nationale, par Barère, pour fêter la prise des Tuileries du 10 août 1792 et s'attaquer aux « cendres impures » des tyrans sous prétexte de récupérer le plomb des cercueils2

La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son Comité de salut public, fait savoir par son deuxième décret du 1er août 17933 que : « Les tombeaux et mausolées des ci-devant rois, élevés dans l'église de Saint-Denis, dans les temples et autres lieux, dans toute l'étendue de la république, seront détruits le 10 août prochain »

Dom Germain Poirier, savant bénédictin de la congrégation de Saint-Maur4, adjoint à la Commission conservatrice des Monuments et archiviste à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés puis à l'abbaye Saint-Denis5, est nommé commissaire chargé d'assister à l'exhumation.

Le mois d'août doit être consacré à pratiquer l'exhumation des corps à la demande officielle du citoyen Meignié, commissaire pour l'Administration centrale de la fabrication extraordinaire des armes 1

Une décision inappliquée jusqu'au mois d'octobre puisqu'un conventionnel, Joseph Lequinio, dénonce son inapplication le 7 septembre 1793.

Si l'exhumation est retardée, du 6 au 10 août les monuments funéraires (les 51 sépultures, les statues, gisants, colonnes, autels, vitraux, etc.) sont démontés (toujours à la demande de la commission des Beaux Arts qui les fait transférer au Musée des monuments français) ou détruits, leurs débris jonchant le sol6


Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour