Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 May

20 mai 1795 : Les insurrections populaires sont violemment réprimées à Paris

Publié par Louis XVI  - Catégories :  #Calendrier

(1er Prairial An III)   

Les insurrections populaires sont violemment réprimées à Paris

L'insurrection est organisée

Elle poussa des émeutiers armés jusque dans le sein de la Convention et demanda par leur voix du pain et la Constitution de 1793

La faction qui avait écrasé Robespierre gardait, sous le masque de la modération, la même ambition jalouse, le m^me despotisme ombrageux

Mieux éclairée sur la véritable situation des Vendéens et des chouans, elle ne s'engagea point à leur remettre l'héritier de la couronne, et n'eut, quoi qu'on en ait dit, aucune relation sérieuse avec le baron de Cormatin, major général de l'armée catholique et royale de Bretagne, chargé de venir chercher à Paris les enfants de Louis XVI

 

Bien plus, afin d'occuper les esprits et de créer une diversion aux espérances qui déjà suivaient le fantôme de la Royauté du côté de l'Ouest, cette faction souveraine imagina et fit répéter par la plume de Mercier, et de quelques autres journalistes ou députés, la nouvelle e la prochaine nomination du Dauphin au trône de Pologne

 

Cette nouvelle, jetée au public avec un vernis de couleurs locales qui la rendait vraisemblable, avec des bruits de nombreux courriers échangés entre les cours de Vienne, de Saint-Pétersbourg et de Berlin, trouva mille échos dans les gazettes de l'Europe, et se propagea avec la rapidité de l'éclair

Et déjà l'on croayit voir s'élancer, de la Tour du Temple, le fils des vieux rois très chrétiens annonânt au monde politique l'empire des Jagellons reconstruit, avec toutes les garanties de force et d'avenir, sur les bases nouevlles d'une hérédité royale, et apportant aux peuples, pour prix de son avènement, la pacification générale

Jeune et triste martyr, voilà ce que promettaient de lui ses geôliers, biens résolus à ne lisser sortir qu'un cadavre de sa prison

ils le couronnaient dans leurs journaux, ils le faisaient monter sur un trône étranger, ils lui donnaient pour glorieuse mission la résurrection d'un noble peuple, lorsque, misérable, faible et déjà agonisant, il avait à envier le sort du petit pâtre à qui Dieu ne refuse pas la santé, le soleil ses rayons et chaque journée le morceau de pain qui suffit à sa faim

Ces bruits contradictoires qui mêlaient tantôt la Vendée, tantôt la Pologne aux destinées du jeune Prince, étaient l'objet des conversations générales journellement apportées au Temple par les commissaires civils et la garde nationale de service, ilsdonnaient lieu aux plus étranges interprétations, aux opinions les plus diverses, parmi lesquelles figurait celle de l'évasion de l'orphelin royal de la Tour

Un jour le commandant du poste demanda à voir le petit Capet

"La garde nationale garde le Temple, dit-il, et je veux savoir qui nous gardons"

Lasne, Gomin et le commissaire ignoraient quel intérêt cachaient les paroles de cet officier

Ils n'accueillirent point sa réclamation

ils n'avaient point d'ordre pour le faire

Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour