Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 May

Carcassonne: Fabre d'Églantine et le calendrier républicain

Publié par Louis XVI  - Catégories :  #[1789-1793], #Carcassonne

Carcassonne

Fabre d'Églantine et le calendrier républicain

 

Les dimanches dans l'histoire

Fabre d'Églantine (1754-1794 Le mois de germinal par Laffitte.

 

Notre compatriote Philippe Fabre (1750-1794), ayant reçu, pour un sonnet, de l'académie des Jeux Floraux un lys d'argent, ajouta «d'Églantine» à son nom, laissant entendre qu'il avait reçu l'églantine d'or, la plus haute récompense.

Fixé en 1787 à Paris, il continue à composer pièces de théâtre et poèmes sans être vraiment admis dans le monde littéraire de la capitale et adhère au mouvement révolutionnaire.

Faisant en 1793 partie des Montagnards au pouvoir, ceux-ci font appel à lui pour agrémenter le nouveau calendrier du mathématicien Romme, qui fit commencer l'année le 22 septembre 1792, jour de la proclamation de la République et étendit la numération décimale aux mois et aux heures.

Le 24 octobre 1793, Fabre, dont l'amour de la nature apparaît dans «Il pleut bergère», sa composition la plus célèbre, dénonce les superstitions du passé et propose d'introduire de la poésie dans la nouvelle mesure du temps.

Pour lui, «les noms des mois qui composent l'automne ont un son grave… ceux de l'hiver un son lourd… ceux du printemps un son gai… et ceux de l'été un son sonore».

C'est ainsi que le premier mois du printemps se nommera germinal en raison de la montée de la sève en mars-avril, le second floréal car les fleurs s'épanouissent d'avril à mai, et le troisième prairial car il voit la récolte des prairies en mai et juin.

Bien inspiré pour la dénomination des mois, notre poète le fut moins quand il s'attaqua aux jours à partir «des vrais trésors de l'économie rurale.

Les grains, les pâturages, les arbres, les racines, les fleurs, les fruits, les plantes»

Comme il ajoute pour le cinquième jour un animal domestique et pour le dixième un instrument aratoire, cela donne pour la première décade de l'année un résultat qui prête à rire: raisin, safran, châtaignes, colchique, cheval, balsamine, carottes, amaranthe, panais, cuve.

Ce calendrier resta en vigueur jusqu'en 1806, mais des noms comme vendémiaire, brumaire ou ventôse, sont toujours évocateurs des diverses périodes de l'année.

Gibert (U.), «Glanes de Folklore et d'Histoire», Ed de la Belle Aude.

Claude Marquié

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour