Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Jun

04 mai 1795: L'agonie de l'Enfant-Martyr

Publié par Louis XVI  - Catégories :  #Calendrier

DERNIERS JOURS

AGONIE ET MORT

http://img.radio.cz/pictures/historie/louis_xviix.jpg

 

 

  (4 mai 1795) 15 floréal an III au (10 juin 1795) 22 prairial an III

 

Avis de Gomin et de Lasne au comité de sûreté générale. — Desault désigné pour soigner l'enfant. — Sa première visite, ses ordonnances. — Le Dauphin refuse les médicaments; instances de Lasnc. — Le nom de Louis XVII partout prononcé. — Inquiétudes politiques de la Convention. — La Pologne. — Symptômes alarmants dans l'état du Dauphin. — Dernières promenades sur la plate-forme. — Les oiseaux de la tour du Temple. - MarieThérèse demande à soigner sou frère. — Sollicitations de M. Hue. — Reconnaissance du Dauphin envers M. Desault. — Inutilité du traitement. — M. Rellanger crayonne le polirait du Prince. — Mort de Desault; bruit répandu sur cette mort. — MM. Pelletan et Dumangin le remplacent. — Leur opinion sur l'tiat de l'enfant. — Remontrances de M. Pelletan à un municipal. — Paroles de Louis XVII. — On transporte le malade dans la petite lour. ■— Observations du municipal Hébert. — Entretien de l'enfant avec Gomin. — Dernière nuit.

— Matinée du 20 prairial (§ juin). — Extase. — Dernières paroles. — Mort. — La nouvelle portée au comité de sûreté générale. — Douleur de Gomin. — Visite des membres du comité.

— La garde du Temple appelée dans la chambre mortuaire. — Autopsie : procès-verbal.

— Rapport à la Convention. — La nouvelle répandue dans Paris. — Acte de décès. —

— Ensevelissement du Dauphin. — Convoi et funérailles.

 

Bernard LEMAIRE : Le dernier jouet de Louis XVII
 
 
Restaurer, c’est avant tout conserver et surtout ne pas dénaturer l’objet.
Telle est la devise de Bernard Lemaire

Bernard Lemaire a restauré un jouet extraordinaire: une petite charrette à deux roues, avec sa fourragère qui fut le dernier jouet du dauphin Louis XVII, lors de l'emprisonnement de la famille royale au Temple.

* * * * * * * * * *

Gomin et Lasne jugèrent nécessaire de prévenir le gouvernement de l'état déplorable de leur prisonnier.

Ils écrivirent sur le registre:

Le petit Capet est indisposé.

On ne tint aucun compte de cet avertissement, qui fut renouvelé le lendemain en termes plus positifs:

Le petit Capet est dangereusement malade.

Aucune voix du dehors ne répondit encore.

« Il faut frapper plus fort» se dirent les gardiens; et, au dangereusement malade, ils ajoutèrent : Il y a crainte pour ses jours.

 

 
Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour