Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 Jul

27 juillet 1794: La Terreur vécue par le peuple (1793-1794)

Publié par Louis XVI  - Catégories :  #Calendrier, #Carcassonne

La Terreur vécue par le peuple (1793-1794)

Carcassonne (11)

 

 
Pillage d'une ferme par les « chauffeurs »

 

Les sympathies en faveur des Girondins et du fédéralisme, dont nous avons fait déjà état, sont le fait d'une bourgeoisie d'affaires attachée à la liberté économique.

Celle-ci, de ce fait, refuse d'encadrer la hausse des prix et d'augmenter les salaires, ce que réclament en période de crise les ouvriers.

Ces derniers ne se sentent évidemment pas concernés par les prises de position des notables, ce qui explique leur faible mobilisation en juin 1793, quand il aurait fallu affronter l'armée de la Convention envoyée par les Montagnards.

En effet, la récolte 1792 de céréales ayant été encore une fois médiocre, le prix du pain augmente de 50 % entre février 1792 et mars 1793, si bien qu'il est fait alors état de 3 300 indigents, avec des pillages dans les campagnes et la crainte d'une nouvelle insurrection venue des habitants misérables de la Cité.

Des achats massifs de blé réalisés par les riches fabricants et vendus à perte font baisser la tension, puis en septembre 1793 intervient la loi dite «du maximum» qui fixe les prix de la plupart des denrées.

Cette importante mesure évite la disette, en marquant la fin provisoire du libéralisme économique.

Par ailleurs, le chômage diminue singulièrement en raison de la mobilisation économique nécessitée par la guerre; récupération du salpêtre sur les murs, fabrication d'armes et de munitions à partir du bronze des cloches, mais aussi d'uniformes et de souliers destinés à équiper les armées de la République, sont réalisés dans de multiples ateliers, parfois installés dans les églises comme Saint-Vincent ou dans l'actuel auditorium.

Le 9 thermidor (27 juillet 1794) marque la fin de la Terreur et on assiste au retour à la situation antérieure, avec une nouvelle flambée des prix dès l'abolition du «maximum», le 24 décembre 1794, si bien qu'en septembre 1795 l'hectolitre de blé vaut vingt fois plus qu'en avril 93 !

Quant à l'assignat, cette monnaie de papier émise en 1790, — il vaut seulement 2 % de sa valeur initiale.

Or, le Directoire, qui succède à la Convention, va confirmer le choix du libéralisme économique.

 

 

Claude Marquié.

Commenter cet article

Archives

À propos

Louis XVI au jour le jour